3 navires en cale sèche

Au chantier naval MTM, il y a comme un 200ème d’embouteillage, car notre Terre-neuvas Volontaire (version hommage au Crabe Tambour !) attend ses rambardes dont le délai d’approvisionnement reste opaque vu le climat sanitaire actuel…

Mais bon, à part ça, il va bien et deux autres navires sont également prêts à prendre la mer : le remorqueur Jean Bart et le bâtiment de recherche scientifique Le Suroît.

Tous les trois ont bien sûr été motorisés avec le kit Dynamic. Le test d’équilibrage passé, ils ne rêvent plus que du grand large. Alors en attendant de pouvoir les faire naviguer et de les filmer, voici une interview exclusive du chef du chantier (CC ci-dessous) :

 

Tom : Quelles sont les difficultés rencontrées au cours des travaux sur ces trois bateaux ?

 

CC : La construction du “Jean Bart” s’est passée globalement très bien, mais sa coque étant étroite, trouver l’équilibre était assez délicat.

 

 

Pour le “Volontaire”, c’était décidément la peinture ! Reproduire le dessin du “Shamrock” à la main et lui faire épouser les courbes de la proue…, quel exercice ! (Ben oui, quand une fantaisie te prend sans que tu saches ni pourquoi ni comment…)

 

 

En ce qui concerne “Le Suroît”, on pourrait croire que c’est la mise à l’eau du sous-marin qui est difficile, mais en fait le mécanisme, aussi bien que la réalisation, est très simple avec un Servo de plus. Par contre, j’ai voulu rendre le Switch et le Micro-USB invisibles à tout prix et je les ai cachés sous la passerelle. L’objectif atteint, je suis content du rendu visuel, seulement, cela s’avère, avec toutes ces pièces autour qui sont fragiles, pas très commode au niveau utilisation ! Mais vous verrez, grâce à cela, le modèle n’a subi aucune altération esthétique.

 

 

Tom : Les lancements sont-ils prévus pour bientôt ?

 

CC : On attend donc certaines pièces pour le “Volontaire” depuis déjà pas mal de temps, et malheureusement, je viens d’apprendre que leur usine est au ralenti ou même en arrêt en raison du Covid… Bon, on va certainement aller tourner les vidéos des deux autres avant lui. D’ailleurs, il faut que je trouve un bassin ou une fontaine adéquat pour le tournage… (puis, ma vidéaste est frileuse… faut pas qu’il y ait trop de vent ou d’eau !) En tout cas, j’ai hâte de vous les montrer en vrai dans des salons et expos, alors je croise les doigts pour que ces activités reprennent rapidement… !

 

 

…Voilà, vous êtes maintenant au courant de ce que deviennent nos bateaux. Et pour terminer l’article “nautique”, un mini quizz à échelle 1/1 : à votre avis, dans quelle ville avons-nous tracé ces sillons ?

 

Laisser un commentaire